Point sur le projet Nemo Link lors de la deuxième journée ARP d’Elia

Un événement, exclusivement dédié aux responsables d’accès (Access Responsible Parties, ARP*), a eu lieu le 17 avril au Square Meeting Centre à Bruxelles.

Cet événement, organisé par Elia, offrait un programme riche en sujets variés concernant les ARP. Nick Pittarello, Client Relationship Manager pour Nemo Link, et Jean-Michel Reghem, Product Services Manager chez Elia, ont présenté aux acteurs de marché belges l’état actuel du projet Nemo Link et son impact futur sur le paysage ARP.

Découvrez les prochaines échéances et les produits proposés.

NICK_ARP DAY


* Un ARP peut être un producteur d’électricité, un grand consommateur, un fournisseur d’électricité ou un négociant. Il aide à maintenir l’équilibre entre la production et la consommation et doit être désigné pour chaque point d’accès où de l’énergie est injectée ou prélevée.

Journée Chantiers Ouverts – Une opportunité de visiter la station de conversion de Nemo Link

Sur une distance de 140 km et à des profondeurs atteignant jusqu’à 50 m, Elia, le gestionnaire du réseau haute tension belge et son équivalent anglais, National Grid, travaillent à la construction de Nemo Link: la première interconnexion électrique entre la Belgique et l’Angleterre.

Vous êtes curieux d’en apprendre plus sur le déroulement de tels travaux? D’en entendre plus sur l’utilité d’une telle interconnexion?

Venez nous rencontrer le dimanche 6 mai 2018 à l’occasion de la “journée chantiers ouverts”. Le projet Nemo Link ouvre les portes de sa station de conversion à Bruges: vous y découvrirez comment le courant alternatif est converti en courant continu et inversement.

C’est également dans cette station de conversion que les cables de l’interconnecteur sous-marin aboutissent et que l’électricité est traitée avant d’être transportée vers un pays ou l’autre (en l’occurrence, la Belgique ou l’Angleterre).

Pour en apprendre davantage sur le projet, cliquez ici.

Un parcours, parsemé de panneaux informationnels et d’anecdotes utiles à propos de la station de conversion, a été créé pour vous emmener à travers l’histoire des transformateurs, des interconnecteurs et des câbles sous-marins.

Jetez déjà un oeil au parcours ci-dessous:

                                        NEMO OWD_GRONDPLAN BROCHURE_FR-01

A bientôt!

Infos Pratiques

Le dimanche 6 mai, de 10:00 à 17:00

  • Station de Conversion à Herdersbrug
  • Suivez les indications jusqu’au parking pour voitures/motos/vélos: Korte Gotevlietstraat 9, 8000 Brugge
  • Navettes gratuites jusqu’à la station de conversion
  • Pas d’inscriptions nécessaires

Drone_Dec17

Nouveau mur pare-feu pour le site NLL à Herdersbrug

En février, des travaux exceptionnels ont été entrepris sur le site de la station de conversion belge de NEMO à Herdersbrug.

L’entrerpise autrichienne Gleitbau (http://gleitbau.com) a été engagée pour l’édification, selon la technique du coffrage glissant, d’un mur qui servira de coupe-feu entre nos transformateurs et le building de Conversion.

La technique du coffrage glissant consiste à utiliser un moule que l’on fait glisser le long de la paroi d’un ouvrage en béton au fur et à mesure de sa construction, afin de le couler en continu. On emploie des coffrages glissants pour réaliser, par exemple, des piles de grande hauteur, des tours pour les relais de télécommunication, des murets de sécurité entre les chaussées routières.

La raison pour laquelle BAM/Siemens ont cette technique pour la construction de leur mur est qu’elle offre un avantage temporel. En effet, cette technique, rarement utilisée en Belgique, permet de fournir une solution de haute qualité en un temps relativement réduit.

Le but du mur dont il est question est de limiter les probabilités d’incendie dans le Hall de Conversion. Le mur fait 0.5 m d’épaisser et 16.94 m de hauteur. Il a été érigé à une vitesse approximative de 3 m toutes les 24 heures.

Ceci représente une grande étape pour les travaux de constructions de Herdersbrug.

 

IMG_1089

 

IMG_1329

 

La vidéo du projet NEMO Link

Vous désirez en apprendre plus sur le projet NEMO Link? Cette vidéo, créée en collaboration avec nos deux contractants EPC principaux, Siemens et J-Power Systems (Sumitomo Electric), vous permettra de découvrir ce qui se cache derrière ce projet de grande envergure !

 

Campagne de mesure archéologique en zone française

Nemo Link a entrepris en Septembre 2016 une campagne de mesure dans la zone française qui sera traversée au cours du projet.

Les données recueillies sont utilisées dans le contexte d’une étude archéologique requise par le DRASSM (Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines). Cette étude devrait être finalisée en mai 2017 et a pour but d’assurer qu’il n’y aura aucune déterioration d’objets à valeur archéologique au cours des travaux d’installation du cable dans la zone française du traçé de NEMO.

C’est pour cette raison qu’une équipe géotechnique de l’entreprise GTEC, accompagnée de l’ingénieur Erwann Bauwens (NEMO Link) se sont rendus au large pendant une période de 14 jours pour effectuer, entre-autres, des mesures magnétométriques et des mesures au sonar latéral.

Web1

 

Réhabilitation du site de Richborough – Vidéo de la démolition des turbines au cours du temps

Nous arrivons à la fin de la phase de réhibilitation de terrain pour le site de Richborough, consacré au futur convertisseur anglais du projet Nemo Link.

Un des éléments principaux de cette phase du projet a été la démolition et l’évacuation de la structure métallique de la turbine désaffectée qui dominait dans le passé le paysage de Richborough. Respectant un processus de gestion des risques rigoureux, cette structure colossale a été détruite pièce par pièce. Les pièces ont été traîtées sur place et recyclée par le sous-contractant de Siemens, Erith Demolition Ltd.

Comme pour tous les travaux de démolition de grande envergure, une certain nombre d’activitées on dû être gérées tout au long du projet, comme le soulèvement de poids importants, le travail en hauteur et les considérations en matière de vibrations du sol. De surcroit, ces travaux ont été rendus particulièrement complexes dû à la proximité d’une sous-station en activité.

Après plusieures semaines consciencieusement planifiées, ce travail délicat et risqué a été réalisé sans incident majeur et sans accident pour les travailleurs impliqués. Les travaux ont également permis le traitement et l’évacuation en toute sécurité de dépôts d’amiante datant de l’époque où le site énergétique était en activité.

Dans le but de garder une trace de ces travaux de taille, qui furent une étape importante pour le projet NEMO, une caméra a été placée face à la turbine durant la durée de la démolition. Elle a permis de suivre l’évolution de celle-ci au cours du temps. Nous vous la partageons sous forme de montage accéléré dans la vidéo ci-dessous.

Craig Silock, le Manager SHES chez Nemo Link a dit: “La démolition en toute sécurité d’une structure métallique aussi imposante, particulière et lourde dans un espace réduit est une réalisation positive pour l’équipe et les contractants, et c’est une base sécuritaire excellente sur laquelle nous pouvons nous appuyer lorsque le projet évoluera vers la phase de construction”.

 

 

Convertisseur de Richborough – Prêt pour le début des travaux de construction civile

Le jeudi 22 Septembe, NEMO a atteint un objectif important dans la construction de la station de conversion à haute tension de Richborough. La démolition de l’ancienne structure en fer, qui dans le passé habritait la turbine de la station énergétique de Richborough, est terminée et le terrain est à présent à nouveau à la disposition de Siemens pour l’avancement des travaux. Sur les photos ci-dessous, vous pouvez appercevoir les différentes structures qui ont été démolies pour arriver à la situation actuelle.

Photo aérienne de la station énergétique dans son état original:

Web2

 

Le début du démantèlement de la station énergétique date déjà de l’année 1996. À cette époque, une grande partie du site a été dégagée, mais laissant debout le batiment de la turbine, la cheminée, les tours de refroidissement. Les tours de refroidissement et la cheminée, des points de repère locaux à l’époque, ont été abattus dans une explosion controlée le 11 mars 2012.

La vidéo de National Grid montrant la démolition de la cheminée et des tours de refroidissement:

Au cours de 2016, l’assainissement de la station énergétique a été effectuée de manière méthodique. Les structures sous-terraines ont été retirées et une surface en gros granulat a été placée afin que le terrain soit prêt à accueillir des nouvelles fondations.

Web3

 

Au cours de ces quatre derniers mois, les contractants ont travaillé méticuleusement à l’élimination de 1000 tonnes de fer, un segment à la fois. Ces segments ont par la suite été divisés en pièces maniables pour être évacués du site et recyclés. Cette opération complexe à été exécutée de manière experte et, malgré les conditions météo parfois défavorables, les opérations se sont déroulées en toute sécurité et sans dommage.

Web4

J Murphy’s and Sons Ltd sont maintenant désignés comme sous-contractant de Siemens et seront en charge du site de Richborough pour la suite des constructions en 2017.

Russel Smalley (UK Project Manager)

Nemo Link : décision favorable sur le régime régulatoire de l’interconnexion

Nemo Link a reçu une décision favorable du régulateur britannique Ofgem quant au régime régulatoire de l’interconnexion Nemo Link entre la Belgique et le Royaume-Uni. En Belgique, la CREG publiera le régime réguulatoire de Nemo comme annexe à sa nouvelle méthodologie tarifaire.

Alan Foster, responsable European Business Development, National Grid :

« La décision d’autoriser le régime « cap and floor » pour la construction de cette nouvelle interconnexion nous offre plus de garanties sur les sources de revenus et nous permet de respecter le planning du projet pour pouvoir prendre la décision finale d’investissement au printemps 2015. C’est aussi une nouvelle encourageante pour les autres projets d’interconnexion en cours de développement avec d’autres partenaires européens. »

Stefaan Vanden Berghe, responsable Large Infrastructure Projects, Elia :

« Nous sommes satisfaits que le régime régulatoire de l’interconnexion Nemo Link entre la Belgique et le Royaume-Uni soit défini et en cours de publication, en Belgique et au Royaume-Uni. C’est une condition essentielle pour Elia dans son processus d’évaluation et de décision finale d’investissement au printemps 2015. »

National Grid Nemo Link Limited obtient une licence d’interconnexion électrique

Le 8 mars 2013, National Grid Nemo Link Limited a obtenu une licence d’interconnexion électrique de la Gas & Electricity Markets Authority (autorité pour les marchés du gaz et de l’électricité au Royaume-Uni) (Ofgem).

Cette licence permettra à National Grid Nemo Link Limited de prendre part à l’exploitation de Nemo Link®, à savoir la mise en place d’une interconnexion électrique entre la Belgique et Grande Bretagne.

L’interconnexion Nemo Link® comprendra des câbles sous-marins et souterrains, connectés à un station de conversion ainsi qu’à un poste de transformation, dans chaque pays, ce qui permettra à l’électricité de circuler dans un sens comme dans l’autre entre les deux pays.

Une licence d’interconnexion électrique est requise en vertu de l’Electricity Act 1989 (loi britannique de 1989 sur l’électricité) et il est impossible de la coupler à toute autre licence électrique.

Pour plus d’informations, consultez le site Web d’Ofgem www.ofgem.gov.uk. Il est possible de se procurer un exemplaire de cette licence directement auprès de la Ofgem Library, 9 Millbank, London, SWIP 3GE (020 7901 7003) ou via l’adresse électronique suivante: library@ofgem.gov.uk.

Les demandes de permis du projet Nemo Link® sont introduites

Le projet de développement d’une interconnexion électrique entre la Belgique et le Royaume-Uni a franchi une étape majeure supplémentaire à la suite de la remise d’une grande partie des demandes de permis et autres autorisations aux autorités belges, françaises et britanniques.
 
Chaque demande est accompagnée d’un rapport environnemental de façon à démontrer que les effets potentiels des travaux sur l’environnement ont fait l’objet d’études approfondies.

Les cogestionnaires de projet, Mark Pearce de National Grid et Tim Schyvens d’Elia, ont expliqué que dans le cadre d’un tel projet, l’introduction des demandes de permis et les études environnementales représentent une partie importante du travail. Étant donné que les câbles traversent les eaux belges, britanniques et françaises, de nombreuses autorités doivent être consultées. À lui seul, le rapport environnemental pour la partie terrestre au Royaume-Uni compte 20 chapitres, 24 annexes et 27 plans de conception, ce qui donne une idée de l’ampleur de la tâche uniquement liée à la phase de planification.